Les maladies cardiaques

Répondre
Avatar du membre
garoundea
Administrateur du site
Messages : 2375
Enregistré le : 26 févr. 2009, 15:46

Les maladies cardiaques

Message par garoundea » 29 mars 2009, 08:08

Nous prêtons une attention toute particulière aux maladies qui peuvent lourdement hypothéquer la vie d'un chiot.
C'est pour cela que nos vétérinaires effectuent sur nos chiots âgés de sept semaines,une recherche de pathologies cardiaques telles que les sténoses aortiques,mais également les sténoses pulmonaires.En cas de doute ou en présence d'une de ces pathologies nos chiots sont systématiquement dirigés vers la clinique Anne De Bretagne à nantes afin d'y subir un echo-doppler pour que soit établi un diagnostique définitif.
Toujours dans cette volonté constante de faire notre possible afin de produire des chiots de qualité et dans le but d'éradiquer les tares inhérentes au bull,nous contrôlons les parents avant chaque saillie afin de dépister d'éventuelles Insuffisances Rénales Chroniques-IRC-ceci afin d'avoir toutes les chances de ne pas reproduire cette maladie fréquente et souvent irréversible chez le bull.

Les Cardiopathies Congénitales regroupent les anomalies cardiovasculaires apparues à la naissance. Une cardiopathie congénitale peut être héréditaire, c'est à dire transmise par les parents.

Les CC représentent de 10% à 16% des maladies cardiaques chez le chien en France toutes races confondues.
Par comparaison le club Français du Boxer annonce 7 à 8 % de chiens atteints.

Le premier travail pour l’éradication des C.C.s'effectue tout d'abord chez l'éleveur qui va utiliser des reproducteurs testés sains.

Ensuite quand les chiots auront 2 mois , le vétérinaire de l'éleveur, à l'occasion de sa visite tatouage et vaccinations, va ausculter le coeur, en portant une attention toute particulière au bruit du débit sanguin. Lors de cet examen, il peut entendre ce que l’on appelle un souffle cardiaque, léger ou plus important qui peut être le signe d’une perturbation de l'écoulement intracardiaque du sang, qui se caractérise par des turbulences sanguines, et peut donc être l’ indication d’une malformation cardiaque. Cette première recherche n'est pas toujours facile à mettre en oeuvre chez le chiot. Elle doit se pratiquer dans le calme absolu, avec un chiot détendu et de préférence n'ayant pris aucun anesthésiant ou décontractant. A éviter également les moments particulièrement chauds de la journée. Autant de paramètres qui pourraient fausser le diagnostic. ll faut bien évidement informer le vétérinaire de la pathologie recherchée. Si l’auscultation cardiaque révèle un souffle, si petit soit-il, l’éleveur doit alors se tourner vers un spécialiste des maladies cardio-vasculaires qui, à l’issue d’une échocardiographie, pourra faire un diagnostic précis, poser un pronostic assez fiable . Il faut savoir que très souvent, un souffle cardiaque perçu à l’auscultation ne révèle à l’échocardiographie qu’un souffle juvénile, sans aucune malformation ou maladie. Ce souffle là disparait en général dans la première année et n’engendre strictement aucun problème. Dans ce cas il est toujours intéressant de contrôler les bruits du coeur vers l’âge d’un an, chez l'acquéreur, qui lors des rappels de vaccination demandera à son vétérinaire une auscultation cardiaque attentive.
Néanmoins un chiot non dépisté présentant un retard de croissance, une toux ou et un essoufflement à la suite d'un effort, des malaises, une fatigue anormale voire d'une apathie persistante, doit faire l'objet d'une recherche de C.C., tout en sachant que cela peut être les symptômes d'autres affections.
Mais malheureusement, l’échocardiographie peut également révéler une véritable cardiopathie congénitale, qui selon sa gravité pourra entraîner de graves conséquences. Il n'est pas rare de trouver plusieurs malformations associées chez le même animal, d'où l'extrême intérêt de pratiquer des dépistages précoces chez les chiots, mais aussi, avant, chez les parents par ceux qui décident de faire naître.
Ces pathologies n'ont rien d'anodin car elles peuvent hypothéquer lourdement la vie du chiot, voire entraîner son décès, et on imagine aisément ce que ces situations ont de dramatique lorsque le chiot est déjà dans sa nouvelle famille .

Dans le bull terrier les affections les plus courantes rencontrées ( bien qu'elles ne soient pas les seules) et diagnostiquées faisant penser à une transmission génétique, sont principalement les anomalies valvaires
( sténose aortique ou pulmonaire, dysplasie mitrale ou tricuspidienne).
Pour comprendre les interprétations se reporter au modèle d'examen d'échocardiographie plus bas et portant sur une recherche d'affections de C.C..
Naturellement, et on ne le répétera jamais assez, ces tests ne sont demandés que dans le cadre des cotations pour certains reproducteurs, ce qui par définition exclut la majorité des chiens qui reproduisent.
A charge pour les éleveurs et plus largement pour toutes les personnes qui font reproduirent leurs bulls de faire un effort pour faire le nécessaire afin que ces maladies soient contenues.
Nous avons la “chance” d’être ici dans des pathologies qui sont
relativement faciles à dépister , et il serait dommage de se priver de cet outil de dépistage et de sélection qu‘est l‘échocardiographie, lorsque le premier examen révèle une anomalie à l’auscultation .

Le Boxer club de France a mis en place un dépistage de la sténose aortique et autres cardiopathies du boxer pour sa grille de cotation en collaboration, et, sur les recommandations de l'unité de cardiologie de l'Ecole Nationale Vétérinaire de Maison Alfort.
Voir le modèle ici.
Image
Ceci est le formulaire d'interprétation graduelle de base utilisé pour les cotations. Image
Le club du Boxer demande que le chien soit en S0 pour bénéficier de la cotation 4 recommandé
Dans une race où l'effectif des naissances est conséquent, on peut effectivement être plus rigoureux.
A l'inverse, dans des races à moyens ou faibles effectifs de naissances il est souhaitable de laisser davantage de marge aux éleveurs, car il est toujours préférable d'avoir un aperçu plus proche de la réalité des problèmes.
Être rigoureux, voire dogmatique, sans maîtriser tous les aspects des problèmes, revient à se fermer l'accès aux données qui constituent la base même de la prévention et de la lutte contre ces problèmes.
Ne pas oublier qu'en génétique, utiliser le champion du moment ou son frère de portée qui ne sort pas en exposition, apporte le même potentiel génétique.
Naturellement et afin qu'il ne puisse y avoir de contestations, le club du Boxer à désigné un lecteur officiel , pratiquant à l'Ecole Vétérinaire de Maison Alfort.


Echocardiographie d'un souffle sur un chiot de 2 mois.Image
En l'occurrence il s'agit d'un souffle détecté au stéthoscope par notre vétérinaire. Après examen ce souffle s'avère être un souffle dit juvénile consécutif à un retard de croissance cardiaque et qui disparaîtra pendant la 1ère année de la croissance. Il est souhaitable de refaire voir le chiot à l'âge d'un an pour contrôle. C'est pour cela que les échocardiographies demandées dans le cadre de cotations doivent être effectuées à partir de 12 mois.



Ici l'échocardiographie dont le diagnostique est une sténose sous aortique avec une légére sténose pulmonaire.
Souvent ces deux pathologies sont associées. Le diagnostique est bon sur le long terme et n'envisage pas de conséquences pour le chien.
Image.


Lien vers le Dr Vét P.BARTHEZ maître de conférencesImage

Lien vers le club Anglais du bullterrier miniature

http://www.arcazy-bull-terriers.co.uk/heartdiseases.htm



LES DEPISTAGES DES PATHOLOGIES CARDIAQUES- DOCUMENTS

Répondre

Retourner vers « L'hygiène du Bull Terrier, les maladies, les soins. »